Enseignement

Formation initiale

1.1 Université polytechnique Hauts-de-France

Nommée maître de conférences à l’université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis en 2006 dans le département d’arts plastiques, je contribue à la mise en place du Master professionnel Création numérique dont je suis coresponsable de 2013 à 2015. En 2015, je crée avec Nicolas Lissarrague un parcours « scènes et images numériques » dans le cadre du master Arts. Mes cours sont fondés sur une approche multidisciplinaire et une réflexion sur l’articulation entre pratique et théorie. C’est ainsi que je mets en place des workshops intensifs d’une semaine où les étudiants travaillent sur un projet dans des conditions professionnelles, grâce à des partenariats développés avec des institutions culturelles (Le Fresnoy, le Phenix scène nationale Valenciennes, Espace Pasolini, Centre des Écritures Contemporaines et Numériques). Chaque année, j’encadre avec un collègue les projets professionnels et les stages d’une quinzaine d’étudiants en Master 2 ainsi que les stages d’une vingtaine d’étudiants en Master 1. Les projets professionnels consistent en la réalisation d’une installation, d’un objet numérique ou d’une performance accompagnés d’un mémoire présentant la démarche et un dossier de production. L’accompagnement est personnalisé, des premières idées à la réalisation. La réalisation est présentée lors d’une soutenance qui réunit des chercheurs et des praticiens.

Le numérique étant propice à l’innovation pédagogique, je pratique depuis 2013 la « classe inversée » (flipped classroom) pour certains cours. J’utilise également la plateforme Moodle pour non seulement proposer aux étudiants le contenu des cours mais également des ressources supplémentaires, des tutoriels, des forums… En 2018, j’initie avec Renée Bourassa un cours commun entre l’UPHF, l’université Laval (Québec) et l’université de Montréal sur le design du livre numérique avec des activités en ligne, hors ligne, à distance et en présentiel.

Cours donnés les 5 dernières années :

Histoire de l’art et humanités numériques, Master 1, Arts, 30 heures. Comprendre et expérimenter les différentes étapes d’un projet de recherche en histoire de l’art et en humanités numériques. S’initier à la visualisation de données avec des outils simples. Connaître les enjeux liés aux données numériques via les pratiques artistiques contemporaines.

Histoire des digital performances, Master 1, Arts, 21 heures. L’histoire des arts de la scène et des technologies depuis les années 1950 à aujourd’hui est étudiée au travers des principales problématiques propres aux digital performances. Le cours s’appuie sur l’analyse de spectacles vus pendant la saison et sur la publication en ligne d’un ouvrage relié à une chaîne Youtube pour que les étudiants aient accès à des extraits de spectacle sur internet.

Théorie et histoire des arts numériques, Licence 3, Arts, 22 heures. En privilégiant une approche multidisciplinaire (arts plastiques, cinéma, arts du spectacle, histoire des technologies…), ce cours retrace l’histoire de l’art numérique à travers l’étude de ses principaux courants et artistes tout en prenant en compte les enjeux théoriques et esthétiques.

Médiation numérique des œuvres, Master 2, Arts, 24 heures. Documentation d’une œuvre programmée dans le cadre de l’exposition Panorama au Fresnoy avec Memorekall par groupes de 2 à 3 étudiants. Tournage de l’œuvre, interview des artistes et de leurs équipes, collecte, sélection, présentation et annotation des documents, montage et réalisation d’une capsule. Cours en collaboration avec un professionnel de la réalisation cinématographique et en partenariat avec Le Fresnoy. Exemples de projets réalisés par les étudiants.

Figures du livre en contexte numérique, Master 2, Arts, 18 heures. Cours en commun avec les universités de Laval et de Montréal au Canada co-conçu avec Renée Bourassa. Le contenu du cours est accessible en ligne au format MOOC (exemple d’un module). Les étudiants sont amenés à travailler par groupes de 3 ou 4 (tous les groupes sont franco-québécois) pour réaliser un prototype de livre numérique sur le sujet de leur choix. Ils sont accompagnés par un assistant de recherche et contribuent à un séminaire à distance qui réunit tous les participants à 5 reprises.

Édition et écriture créatives – initiation, Master 1, Arts, 18 heures. À partir d’une recherche bibliographique sur l’archéologie des médias, les étudiants réalisent en groupes de deux personnes un livre numérique illustré au format EPUB.

Méthodologie et conduite de projet professionnel, Master 2, Arts, 18 heures. Budget, planning, principales étapes de conception et de conduite de projet. Suivi personnalisé des projets.

Séminaires de recherche :

Recherche création, Master 1, Arts, cours commun au parcours Design graphique et design d’interaction et au parcours Scènes et images numériques, 24 heures. Ce séminaire annuel propose une méthodologie de conception de projet en vue du projet professionnel de M2. Les différentes étapes méthodologiques sont présentées et mises en pratique dans le cadre d’un prototype à réaliser en groupe. Le cadre donné est celui de l’appel à projet « services numériques culturels innovants » du ministère de la Culture. L’ensemble des étapes est documenté sur un blog.

Habiter les images. Ce séminaire donné en 2013 prend pour point de départ les développements récents de la 3d appliqués à la création artistique, tant dans l’exploration de la réalité augmentée, que la création de mondes virtuels, la réalisation de films et d’installation en stéréoscopie ou encore la mise en scène de spectacles faisant intervenir des dispositifs de projection où l’écran disparaît, scène et image se confondant. Au-delà des dispositifs technologiques, dont plusieurs sont une mise au goût du jour de procédés anciens, ce sont les questions d’immersion et de perception du spectateur qui sont interrogées, tout comme les aspects dramaturgiques et esthétiques. Le séminaire s’achève par un colloque les 27 et 28 novembre 2013 intitulé Des images habitables : arts de la scène et 3d. Séminaire du laboratoire CALHISTE, ouvert aux étudiants de master et aux doctorants.

1.2 Enseignement dans d’autres universités

Après une allocation de recherche, j’ai enseigné pendant 3 ans dans les universités de Picardie Jules Verne (Amiens), Paul Valéry (Montpellier) et Paris X en tant que chargée de cours puis en tant qu’ATER dans des départements de théâtre et de cinéma.

ATER, université Paul Valéry, département de théâtre, cinéma et multimédia, 2004-2005

Le spectateur en mouvement : de la participation à l’interactivité, CM, Licence 1. Au travers de l’étude d’œuvres et de phénomènes artistiques à la croisée du théâtre, du cinéma et des arts plastiques (happening, E.A.T., expanded cinema, art numérique…), il s’agit d’explorer les postures et les figures du spectateur des années 1960 à aujourd’hui.

Méthodologie, TD, Licence 1. Techniques de prise de notes, exposé oral, commentaire de texte, dissertation, organisation du travail personnel, préparation d’un projet professionnel.

ATER, université de Picardie Jules Verne, département de théâtre et de cinéma – 2003-2004

Les technologies au théâtre, CM, Licence 3. Ce cours propose à travers des exemples précis un parcours depuis les théâtres optiques et les lanternes magiques jusqu’aux représentations en réseau et aux spectacles de robots, en passant par la projection d’images sur la scène.

Scénario et cinéma interactif, TD, Licence 3 : Analyse d’œuvres numériques (exposés) et réalisation d’une maquette interactive avec le logiciel Director. Rappel des fondamentaux du logiciel, initiation à la programmation, conception et réalisation d’un projet de cinéma interactif.

Méthodologie : utilisation des outils informatiques pour la recherche, TD, Master 1.

Chargée de cours

Chargée de cours, 2002-2003, université de Picardie Jules Verne, département théâtre. Les technologies au théâtre, CM, Licence 3.

Chargée de cours, 2003-2005, Paris X, DESS Mise en scène et dramaturgie. Création d’un atelier « théâtre et technologies numériques ». Cet atelier avait pour objectif d’initier les étudiants aux problématiques esthétiques soulevées par l’utilisation des technologies numériques au théâtre, de leur procurer un savoir-faire technique et de leur permettre d’expérimenter ces outils dans leurs projets. L’enseignement s’appuie sur la collaboration de spécialistes, de professionnels et d’institutions reconnues dans ce domaine. En 2005, les étudiants ont suivi une journée d’initiation technique à l’IRCAM. En 2006, un workshop d’une semaine, dirigé par un professionnel, est organisé en partenariat avec le Centre des Écritures Contemporaines et Numériques (Belgique).

Formation continue

Responsable du programme pédagogique des projets européens CECN1 et CECN2 – formations sur les nouvelles technologies pour les professionnels des arts de la scène (artistes et techniciens) – 2006-2010

Définition, méthodologie, choix des formateurs, structuration des connaissances et organisation du programme. De 2006 à 2010, organisation de plus de 60 workshops afin que les professionnels des arts de la scène (metteurs en scène, chorégraphes, directeurs techniques, régisseurs, scénographes…) aient accès à une formation continue, à la fois pratique et théorique, aux technologies contemporaines : capture de mouvement, traitement de la voix en temps réel, vidéo, MAX/MSP, Isadora, robotique, conception de capteurs, technologies mobiles, etc.

Les formateurs, tous des professionnels reconnus dans leur domaine, viennent de la scène internationale : Yves Labelle, Daniel Danis et Alexander MacSween (Canada), Mark Coniglio et Dawn Stoppiello (Etats-Unis), Konic Thtr (Espagne), Zaven Paré (Brésil), Agnès de Cayeux, Cyrille Henry, Thierry Coduys, Philippe Montémont, Jacques Hoepffner, Jean-François Peyret (France), Florence Corin, Todor Todoroff, Fred Vaillant (Belgique), pour n’en citer que quelques-uns.

Ce programme a été repris en partie dans le cadre de partenariats avec la Maison des Arts de Créteil et l’INA (Institut National de l’Audiovisuel), le CFPTS (Centre de Formation Professionnelle des Techniciens du Spectacle), La Cambre, des universités ou encore Linz 09, Capitale européenne de la Culture.

De 2008 à 2010, le programme s’est enrichi de formations sur l’art et les biotechnologies (avec Annick Bureaud et Zandrine Chiri) ainsi que sur les institutions culturelles et le développement durable (avec l’agence Frédéric Cadet).