DOCAM – Documentation et conservation du patrimoine des arts médiatiques

www.docam.ca

2005-2010

DOCAM est un projet de recherche concernant la documentation et la préservation des arts médiatiques. Les institutions culturelles sont confrontées à deux types de problèmes. D’une part, elles doivent concevoir des stratégies efficaces pour préserver les anciennes œuvres d’art à composantes technologiques. D’autre part, elles doivent documenter, préserver et comprendre les technologies à la base de telles œuvres, avec une rigueur professionnelle et un sens profond du contexte historique dans lequel ces technologies ont été développées.

Initié par la Fondation Daniel Langlois (Montréal), ce programme de recherche repose sur la collaboration d’universités, de musées, de centre d’archives et de documentation et d’institutions culturelles : Université McGill, Queen’s University, Université du Québec à Montréal, École des arts visuels et médiatiques et Centre interuniversitaire en arts médiatiques (CIAM), Université de Montréal, Musée des beaux-arts du Canada, Musée d’art contemporain de Montréal, Centre Canadien d’Architecture, Hexagram, (Canada), New York University, Leonardo (Etats-Unis), V2 (Pays-Bas), Centre des Écritures Contemporaines et Numériques (CECN) (Mons, Belgique), ZKM (Karlsruhe, Allemagne).

DOCAM concerne en priorité les arts plastiques. Dans la plupart des programmes de recherche sur cette question, les arts de la scène sont souvent le parent pauvre. Il est donc important de souligner l’aspect multidisciplinaire de ce programme et l’attention particulière portée au spectacle vivant.

Les recherches ont eu lieu de 2006 à 2010. Les différents chercheurs et organismes impliqués se sont réunit lors d’un symposium annuel pour mettre en commun les résultats de leurs recherches.

Les recherches effectuées explorent les différentes questions évoquées ci-dessus à partir d’études de cas (en particulier autour des créations de la chorégraphe Michèle Noiret) et d’un état de l’art des méthodologies de documentation des arts de la scène à composantes technologiques (comparatif d’ontologies). Elles ont permis de mettre en valeur les problématiques spécifiques engendrées par la captation vidéo et de proposer une maquette conceptuelle d’un logiciel d’annotation vidéo.

Publications :

  • « Une autre mémoire : la chorégraphie des données. À propos des objets numériques développés par William Forsythe (Improvisation Technologies, Synchronous objects et Motion Bank) », in Anne Bénichou, (éd.). Recréer / scripter – Mémoires et transmissions des œuvres performatives et chorégraphiques contemporaines, Dijon, Les presses du réel, 2015, (« Nouvelles scènes »), pp. 235-252
  • « Noter, annoter. Comment documenter les arts de la scène à composante technologique – Noting/Annotating. Documenting the technology-based performing arts », Art press 2 « Les enjeux de la conservation des arts technologiques », janvier 2009, pp. 30‑36
  • « Analyser et annoter les documents techniques provenant des spectacles à composante technologique : le cas des diagrammes de 9 Evenings », Le Document Électronique, Paris, Europia, 2007, pp. 145‑150, [En ligne : http://lodel.irevues.inist.fr/cide/index.php?id=289]