Présentation de Rekall au labo de l’édition à Paris – 2 juin

Labo de l’édition – 2 juin – 18h-21h

Rekall, un logiciel pour documenter, analyser les processus de création et simplifier la reprise des œuvres.

Rekall est une réponse aux problématiques de documentation et de conservation des arts à composante technologique, ainsi qu’aux difficultés rencontrées par les artistes lors de la reprise d’un spectacle dont les technologies sont devenues obsolètes. En période de création, il permet de gagner du temps pour retrouver facilement les choix techniques et artistiques effectués d’une résidence à une autre. Rekall permet est à la fois un outil d’annotation multimédia et un système de visualisation de données pour l’analyse de vastes corpus documentaires.

Ce workshop mené par l’équipe de création du logiciel permettra d’en découvrir les principaux usages et fonctionnalités.

Avec Clarisse Bardiot et Guillaume Marais

www.rekall.fr

 

01

Colloque international « Processus de création et archives du spectacle vivant »

« Du 15 au 17 octobre 2014, l’équipe d’accueil Arts : Pratiques et Poétique organise, en partenariat avec l’université de Montréal et l’université Lille 3, un colloque international sur le thème « Processus de création et archives du spectacle vivant : manque de traces ou risque d’inflation mémorielle ? » à l’Université Rennes 2, au Théâtre national de Bretagne, à l’Espace Ouest-France et aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine.

La récente émergence des études sur la mémoire et la réévaluation des liens entre histoire et mémoire sont concomitantes du renouvellement de la nature et des usages des archives. Caractérisé par la nature événementielle d’un art qui survit dans la mémoire de ses témoins et de ses praticiens, le champ des Études théâtrales est particulièrement concerné par ces mutations. Bien plus, la mise en avant depuis les années 1960 de la dimension performative de certaines créations – qui se présentent comme processus plutôt que comme oeuvres achevées – a pu inciter les chercheurs à renouveler les outils et les données qu’ils mobilisent pour les appréhender. Ce mouvement implique un élargissement important des sources considérées comme nécessaires pour rendre compte du processus de création, sources que le chercheur peut non seulement recueillir mais aussi susciter en utilisant divers modes d’enregistrement et de captation. Il est désormais possible de participer à une vaste collecte de traces de multiples sortes, voire de procéder à la constitution d’une documentation qui semble avoir un « devenir » d’archives, que la mémoire numérique permet de stocker, apparemment sans limites. Une crise liée à cette nouvelle possibilité risquerait alors de s’ajouter à la première évolution ; l’apparition de nouveaux outils suscitant un risque d’inflation mémorielle interrogeant la notion même de conservation du passé.

Pour répondre à ces questions liées aux conditions de possibilité et aux modalités de l’archivage du geste créateur, nous convoquerons les approches génétique, historiographique, philosophique, épistémologique, intermédiale et esthétique. »

programme du colloque

MCD #75 – Archéologie des média

couv-MCD75_300_392

Parution d’un numéro spécial de MCD consacré à l’archéologie des média, avec notamment un article sur Art télématique. Cartographie pour un média mort par Annick Bureaud et un autre par moi-même en partie sur Rekall, intitulé  La mémoire des arts de la scène au temps du numérique.

Le théâtre postdigital

Rendez-vous à Avignon, chapiteau du off, le 14 juillet

Aujourd’hui, le numérique n’a plus rien de révolutionnaire : nous sommes entrés dans une période « postdigitale ». Quelles sont les conséquences et les enjeux de cette nouvelle ère pour le théâtre ? Trois critiques et programmateurs, très impliqués depuis les années 2000 sur les relations entre arts de la scène et technologies numériques, définiront les contours d’un théâtre postdigital.

A l’initiative de Clarisse Bardiot, avec Nicolas Rosette et Emmanuel Guez (sous réserve)

La version Bêta de Rekall est disponible !

Rekall est un environnement open-source pour documenter, analyser les processus de création et simplifier la reprise des œuvres. Rekall est un logiciel qui permet de documenter les œuvres scéniques en prenant en compte le processus de création, la réception et les différentes formes d’un spectacle. Il s’adresse à la fois aux artistes, aux techniciens, aux chercheurs et au grand public. Rekall est une réponse aux problématiques de documentation et de conservation des arts à composante technologique, ainsi qu’aux difficultés rencontrées par les artistes lors de la reprise d’un spectacle dont les technologies sont devenues obsolètes, tout en étant au plus près de la démarche propre à chaque artiste, à chaque compagnie.

La version actuellement disponible est une version bêta. Vous pouvez la télécharger sur www.rekall.fr et nous faire part de vos commentaires par mail (contact@rekall.fr). Il s’agit avant tout de tester le logiciel, essentiellement sur les fonctions d’analyse des œuvres. La partie liée à la documentation du processus de création pendant les résidences sera finalisée prochainement, pour la version 0.1.

Prochains rendez-vous

Conférences

Je présenterai Rekall lors de deux colloques internationaux en juillet :

  • 11 juillet, Lausanne : « Arts de la scène et Big Data : conception et développement du logiciel Rekall », colloque Digital Humanities, Suisse, http://dh2014.org/
  • 31 juillet, Warwick : « Theater research and big data : using Rekall to document Re-Walden, a digital performance by Jean-François Peyret”, colloque Firt, Angleterre (dans un panel sur la documentation de la mise en scène) http://iftr2014warwick.org/

Workshop

15 juillet – festival d’Avignon. Dans le cadre des rencontres professionnelles du festival d’Avignon j’animerai avec Guillaume Jacquemin un workshop autour du logiciel Rekall. ISTS, salle des commissions n°2. Jauge maximum de 49 personnes. Sur réservation

Julian Priest – Meet to Delete! – Glaerie Up – Bruxelles – 26/04

Clarisse Bardiot et Annick Bureaud ont le plaisir de vous inviter à participer au projet The Weight of Information de Julian Priest le samedi 26 avril 2014 à la Galerie Up à Bruxelles.

The Weight of Information – Un Pico Satellite Artistique en Orbite Basse
Le 18 avril, à bord du vol de ravitaillement CRS-3 de SpaceX-3, un petit satellite artistique a été lancé en orbite basse d’où il va commencer sa descente dans une trajectoire en spirale pour brûler lors de sa rentrée dans l’atmosphère. Le satellite récolle de l’information à partir de ses capteurs embarqués, remplissant de données ses banques mémoire. Quand elles sont pleines, il remet ses compteurs à zéro et recommence à collecter les informations, répétant ce processus à raison de plusieurs milliers de fois par seconde. Le satellite croit que l’information a un poids et il tente d’échapper à sa spirale mortelle vers la crémation en supprimant de l’information, en devenant plus léger et en s’élevant, par l’oubli, vers une orbite plus élevée.

Effaçons Ensemble ! – Quatre heures pour une soirée événement
Effaçons ensemble en solidarité avec le satellite. Rejoignez-nous à la Galerie Up autour d’un verre pour alléger votre poids informationnel. Apportez votre information personnelle à effacer lors des 4 heures de cette soirée événement : cela peut être la destruction de vieux relevés bancaires, la suppression d’anciens numéros dans votre répertoire téléphonique, le nettoyage de vos boîtes de courrier électronique, la suppression des photos flous de vos archives. Venez avec nous pour effacer quelque chose, prenez le contrôle de votre information et sentez vous plus léger. Et n’oubliez pas de détruire plus d’information que vous n’en créez !

Cabarets de Curiosités : volume 3

 

cabarets3-8Un nouveau livre de ma maison d’édition, Subjectile, en co-édition avec le phénix, scène nationale Valencienne et les solitaires intempestifs, avec pour thème principal le storytelling. Inédit de Rodrigo García ; textes et entretiens de Hughes Jallon, Christian Salmon, Beatrice Picon-vallin, Gunnar B. Kvaran, Benjamin Dupé, Charles Pennequin et Éric Duyckaerts ; contributions et portfolios de Koen Vanmechelen, France Distraction, Les Baltazars, Diederik Peeters, Julien Prévieux et Alain Savouret.
En attendant une version numérique très prochainement, le livre imprimé est disponible. Toutes les informations sont disponibles ici.

Zaven Paré – Des pommes et des robots

14 au 16 décembre 2013
Galerie Up / Bruxelles

La galerie Up accueille Zaven Paré du 14 au 16 décembre. Le 14 décembre, de 17h à 20h, venez découvrir les gravures de robots en présence de l’artiste.

Inventeur de la marionnette électronique, Zaven Paré œuvre à la croisée des arts et des sciences, de la marionnette et de la robotique. Fasciné par le phénomène de l’Uncanny Valley théorisé par le japonais Masahiro Mori, selon lequel l’empathie envers un robot dépend de son degré de (non)ressemblance avec un être humain, Zaven Paré ne cesse d’interroger en filigrane de ses sculptures, de ses spectacles ou encore de son œuvre graphique nos relations avec ces êtres mécaniques doués d’une étrange présence.

En 2009, Zaven Paré rejoint l’équipe de recherche du professeur Ishiguro au Japon. Ce dernier est connu pour ses robots humanoïdes, dont le Géminoid, un robot à l’image de son inventeur dont le réalisme est confondant, troublant. Ce trouble, cette impression de vie, est au centre des expériences menées par Zaven Paré avec le Géminoid, dans le cadre du Robot Actors Project. Frustré par sa confrontation directe avec le Geminoid, Zaven Paré décide de manger une pomme en présence de la machine. Le test s’avère aussi riche que déroutant : le simple fait de manger une pomme rapproche autant le robot de l’humain qu’il l’en éloigne.

Dans cette exposition, Zaven Paré présente deux séries de linogravures des robots qui ont peuplé son imaginaire, l´une datant de 1985 et l´autre réalisée en 2013, après ses expériences au Japon, ainsi qu´une vidéo d’extraits d’expérimentations avec le Geminoid HI-1. Des photographies ainsi que des carnets de dessins complètent l’ensemble.

Agenda :
Vernissage en présence de l’artiste : 14 décembre de 17h à 20h
15 et 16 décembre : ouverture de la galerie de 14h à 20h.
Autres dates sur rendez-vous.